Avertir le modérateur

10/03/2008

Municipales à Amiens : adieu Gilou, on t’aimait bien !

54435c008571cb03d05b5072dbe1d3b0.jpg

Je vais vous conter une histoire, d’un gars bien, Gilles de Robien, qui est devenu un politicien et pour qui je ne voterai pas dimanche prochain.

Dans les années 1970, il y avait un agent d’assurance, place René Goblet, au fond d’une cour et qui était un membre actif du Parti des Républicains, un de ceux de la bande à Léotard.

Dynamique, sympathique, respectueux des idées des autres : un homme de dialogue, en un mot un démocrate.

Puis cet homme a décidé de battre René Lamps aux élections municipales – Lamps allait attaquer son quatrième mandat. Lamps était un communiste « réaliste », il aurait eu tout à fait sa place dans le parti communiste actuel mais nous étions au temps d’un communiste marxiste-léniniste.

Le principal défaut de René Lamps était de ne pas avoir la fermeté de mettre à la porte les cocos qui phagocytaient la mairie : emplois de complaisance, incrustation des étudiants communistes, (amusant, certains de ces « étudiants » sont du clan de Robien maintenant !, l’ouverture avant l’heure !!)

Il a battu Lamps puis il a été élu député.

Lire la suite

04/03/2008

De Robien et Demailly, les grands travaux à Amiens ?

a57df1922fc3e952140d694f3281c11a.jpg

Les grands chantiers réalisés à Amiens, par Gilles de Robien, sont un des grands thèmes de cette campagne.

Deux thèses opposent entre les deux candidats (pour plus de détails, consultez leurs sites et brochures) :

Gilles de Robien veut donner une envergure européenne à Amiens, tout comme, il disait qu’une ville n’était pas une ville s’il n’y avait pas une FNAC et un Zénith.

Il veut donc faire du quartier de la gare, un quartier du tertiaire  avec une importante priorité aux métiers d’avenir type informatique.

Il veut faire de nombreux chantiers favorisant cette vision du devenir d’Amiens. Il souhaite hisser au rang des grandes villes françaises voire européennes Amiens.

Gilles Demailly est assez modéré dans ses plaquettes sur le sujet des travaux. Il veut créer un nouveau quartier autour du pôle universitaire à la citadelle, par contre, des photos dans sa plaquette  sur la verrière, les résidences au pied de la cathédrale et d’une affichette « Investissons dans l’humain. Stop au béton » montrent qu’il souhaite temporiser voir arrêter les « grands travaux », pour se consacrer plus au quotidien des amiénois.

Pour les travaux, en cours, ils doivent être terminés et tout marché signé doit être honoré, cela peut paraître une évidence mais vu les arguments de certaines listes, il est bon de le rappeler.

Les Amiénois sont très mécontents des travaux car ils ont été mal gérés au niveau du planning, la multiplication des chantiers, l’inorganisation de la circulation pendant la durée des travaux, le sentiment que la précipitation de la réalisation des travaux avant les élections avait plus d’importance que la vie quotidienne des amiénois.

Les amiénois sont exaspérés par les embouteillages et ont le sentiment que rien ne va changer, pour l’avenir, les barricades de ferraille étant de fait remplacées par des trottoirs et le centre ville devient difficile d’accès.

Ce mécontentement ira-t-il jusqu’à un vote de protestation ?

En fait, il y a une vision sur le long terme et une vision plus dans l’immédiat.

Tout est question de priorités, faut-il travailler sur le long terme avec un espoir de créer une espèce de Silicon Valley ? ou au contraire faut-il se consacrer dans l’immédiat à l’amélioration de la ville, sans oublier le futur : lequel ? Gilles de Robien voit un futur sur les professions d’avenir dans l’informatique, les réseaux, Internet…, Gilles Demailly voit plus l’avenir vers les « produits locaux », c'est-à-dire profiter que nous sommes au cœur d’une région agricole qui a un rôle à tenir sur la biodiversité.

N’y a-t-il pas des priorités ? : il faudrait un débat – les Amiénois auront l’occasion de trancher ces deux thèses, en votant ce dimanche.

Blaise.

Les autres listes peuvent poster dans les commentaires leurs opinions.

Le site est ouvert à tous mais il n’est pas possible pour des raisons de temps de traiter les avis de toutes les listes.

 

19/02/2008

Gilles de Robien : la plaquette du passé, la plaquette du futur !

903fac7fbd8190e8caca39f396c5c8f0.jpg

Gilles de Robien fait diffuser dans toute la ville une plaquette dans laquelle il fait le bilan et annonce les projets.

La forme est bien faite, le fond est une autre histoire !

Plus exactement, cette autre histoire, c’est celle qui sera notamment soumise aux électeurs les 9 et 16 mars 2008.

L’avantage d’être sortant c’est que l’on peut présenter soit en colonnes soit en photos, avant et aujourd’hui et demain.

Quel sera l’impact de cette plaquette ? Assez faible.

Sur le plan national et local, il faut s’attendre à des votes protestataires.

La passion risque de l’emporter sur la raison (et je ne parle pas spécialement d’Amiens).

Les Français vont mal, se sentent mal, n’ont plus d’espoir. Ils ont le net sentiment qu’ils doivent seuls assumer leur avenir : travail, santé, retraite, vie chère !

Aucun parti ne fédère véritablement ses troupes et les galvanise pour les élections.

Une espèce de grande dépression semble envahir la France. La morosité s’installe !

Gilles de Robien peut-il encore inspirer un espoir en 2008 ?

Son passé politique, qu’il a du mal à assumer : Mon Parti c’est Amiens, c’est un slogan à la Jacques Ségala – mais ce n’est qu’un slogan.

Il est vrai, qu’il a des racines UDF et s’il est un ennemi farouche de François Bayrou, il a quelque part le même rêve que lui – faire cohabiter les « forces vives ».

Cette élection sera très « coup de cœur ». Les étiquettes politiques auront moins d’importance qu’à l’habitude.

C’est une élection très ouverte !

Blaise.

La liste Modem à Amiens : une coquille vide !

f9f40e6b3e2b2d064f621ef963627c6a.jpg

La liste Modem a présenté ses membres, hier à la presse.

Trouver 55 personnes n’est pas chose facile.

Si certaines listes sont encombrées par des vieux de la vieille, ce n’est pas le cas au Modem.

Sauf pour quelques amiénois, très avertis, les cinquante cinq candidats sont d’illustres inconnus.
 

Il n’est pas question pour une liste de mettre des politiciens de longue date mais il y a un minimum.

Que tous ces candidats et candidates soient plein de bonne volonté, c’est certainement le cas.

Sauf à vouloir voter pour le Modem, pour montrer que ce parti doit avoir de l’avenir dans la vie politique, les personnalités présentées ne peuvent attirer sur leur nom des voix.

Le Modem connaissait cette situation, il devait réfléchir avec une alliance constructive dès le premier tour : alliance qui aurait pu avoir lieu avec l’un des deux Gilles.

Le goût de la liberté, c’est louable – si cette liberté est bien utilisée !

Heureusement le Modem et François Bayrou ce sont là deux choses bien différentes !!

Blaise.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu