Avertir le modérateur

19/02/2008

Gilles de Robien : la plaquette du passé, la plaquette du futur !

903fac7fbd8190e8caca39f396c5c8f0.jpg

Gilles de Robien fait diffuser dans toute la ville une plaquette dans laquelle il fait le bilan et annonce les projets.

La forme est bien faite, le fond est une autre histoire !

Plus exactement, cette autre histoire, c’est celle qui sera notamment soumise aux électeurs les 9 et 16 mars 2008.

L’avantage d’être sortant c’est que l’on peut présenter soit en colonnes soit en photos, avant et aujourd’hui et demain.

Quel sera l’impact de cette plaquette ? Assez faible.

Sur le plan national et local, il faut s’attendre à des votes protestataires.

La passion risque de l’emporter sur la raison (et je ne parle pas spécialement d’Amiens).

Les Français vont mal, se sentent mal, n’ont plus d’espoir. Ils ont le net sentiment qu’ils doivent seuls assumer leur avenir : travail, santé, retraite, vie chère !

Aucun parti ne fédère véritablement ses troupes et les galvanise pour les élections.

Une espèce de grande dépression semble envahir la France. La morosité s’installe !

Gilles de Robien peut-il encore inspirer un espoir en 2008 ?

Son passé politique, qu’il a du mal à assumer : Mon Parti c’est Amiens, c’est un slogan à la Jacques Ségala – mais ce n’est qu’un slogan.

Il est vrai, qu’il a des racines UDF et s’il est un ennemi farouche de François Bayrou, il a quelque part le même rêve que lui – faire cohabiter les « forces vives ».

Cette élection sera très « coup de cœur ». Les étiquettes politiques auront moins d’importance qu’à l’habitude.

C’est une élection très ouverte !

Blaise.

18/02/2008

Gilles Demailly : erreur de casting !

9e75e26fbd6d9e3026333834d2b578fb.jpg

Gilles Demailly symbolise une forme de renouveau en politique sur Amiens.

Je serai tenté de dire, symbolisait une forme de renouveau !

Ce qui était intéressant, en sa candidature, c’était à la fois qu’il était connu, reconnu comme universitaire et d’autre part qu’il était nouveau en politique.

Quand le Courrier Picard titre « la liste unie et diversifiée de Demailly », il y a de quoi sourire !

 

Le PS ou ses alliés démontrent à Amiens que Gilles Demailly, s’il était élu, serait un homme seul.

Ce que j’attendais de lui et ce que les amiénois attendaient de lui, c’était le renouveau.

Faut-il qu’il y ait si peu de candidats pour voir encore sur une liste des noms comme Goffinon, Lec(2), Cosserat, Leroy, Cardon ?

De plus, certains et certaines autres candidats ne soulèvent pas l’enthousiasme par leur charisme.

Alors, Gilles Demailly gagnera peut-être les élections municipales : qui aurait dit aux régionales que Gilles de Robien aurait été battu par Gewerc Gremetz ?

De Robien sera peut-être battu car il a créé une certaine lassitude, il a un passé politique national qu’il n’assume pas. Il se trouve dans une position guère confortable notamment par rapport à l’UMP, il a excédé les amiénois par des décisions mal comprises, par une forme un peu personnel du pouvoir.

En l’état, si Demailly gagne ce sera par refus de de Robien, pas par une attirance des électeurs pour sa liste.

« Le succès d’un homme est mesuré en fonction de son entourage et de sa générosité » Moses Isegawa : de la générosité Gilles Demailly en a certainement, son entourage !!!

Blaise.

15/02/2008

Gilles Demailly, un universitaire à la mairie d’Amiens ?

0257bb3da026bcaaa228deb7112782d1.jpg

Maurice Vaast était un industriel, René Lamps un professeur des collèges, Gilles de Robien un courtier en assurances, nous pourrions avoir un universitaire comme maire, en la personne de Gilles Demailly.

La soixantaine, il fut président de l’université de Picardie et il est professeur de chimie à la faculté d’Amiens.

C’est donc un scientifique, je veux dire des sciences dures – qui serait à la tête de notre ville.

Au delà de sa personnalité, je ne le connais pas, enfin pas suffisamment pour exprimer une appréciation pertinente, le fait qu’il soit universitaire peut être  intéressant.

Un universitaire est de fait pluridisciplinaire : c’est quelqu’un qui de par sa formation capte les informations, les analyse et forge sa religion.

Un universitaire se doit d’avoir une vision prospective des dossiers – en cela Gilles Demailly dont beaucoup de gens s’accordent çà dire qu’il est un brillant universitaire, pourrait être un bon maire.

En l’état, reste à connaître son équipe et on verra.

Je profite de ce post pour rappeler que nous avons de grands universitaires à Amiens souvent mal connus des amiénois, car ils ont souvent un grand savoir-faire mais par contre peu de faire-savoir.

S’il est élu maire d’Amiens cela donnera peut-être un coup de projecteur sur tous les universitaires !

Blaise.

14/02/2008

François Bayrou : merci de débrancher le Modem à Amiens !

133cc1c4960f8f5244e17d923e4dca57.jpg

Au moment où François Bayrou s’installe sur le plan national comme un des opposants les plus rigoureux contre le président de la république, où il fait passer ses idées sur la gouvernance de la France, sur la dichotomie entre les méthodes de gestion de Nicolas Sarkozy et les grands principes républicains qui sont ceux de la France, comment peut-il accepter que son mouvement soit si mal représenté à Amiens ?

Le Courrier Picard a pris l’habitude d’interroger les candidats en lice sur leur programme : Madame Yanick Leflot-Savain (dixit le Courrier Picard) se prononce pour des référendums locaux, fait aveu de ne pas avoir de programme puisque celui-ci est établi par les amiénois qui répondent aux questionnaires distribués par les militants (à la Ségolène Royal : le débat participatif !).

En politique, une équipe municipale établie un programme (même si les citoyens peuvent être contributeurs de ce programme) puis fédère autour de ce programme les hommes et les femmes les plus aptes à le défendre. La réalité politique, c’est cela. Le reste c’est de la démagogie !

Madame Leflot termine son article : « Et puis, je pense aussi aux étrangers, je suis moi-même arrivée à l’âge de 14 ans, sans papiers. Quand on voit la queue le matin à la préfecture, je me dis que l’on pourrait humaniser un peu plus les choses. »

Beaucoup de personnes sont sensibles au sort des étrangers et même à son histoire personnelle mais elle est candidate à la mairie ou à la préfecture ?

Que veut-elle faire ? Un nouveau « Sangatte » à Amiens ?

Son équipe n’est pas encore connue et il ne faut donc pas porter de jugement sur les hommes et les femmes qui vont l’accompagner mais elle, maire d’Amiens ?

Comment les français et françaises qui ont fait confiance à François Bayrou, puissent se retrouver dans ce type de discours ?

J’ai toujours pensé que le Modem était trop jeune pour se lancer aux municipales dans toutes les villes, qu’il ne fallait pas hésiter à faire des alliances lorsque les troupes locales n’étaient pas prêtes et cela se discute avant le deuxième tour.

Sur le plan pratique, le Modem fera moins de 10% à Amiens et ne pourra se présenter au second tour ! Quel sera son influence pour discuter avec d’autres listes ?

Les candidats aux législatives ont fait des scores très décevants, le Modem va faire un score catastrophique aux municipales : François Bayrou, merci de débrancher le Modem à Amiens, car un mauvais score (on a parlé de 5%) vous serait indirectement préjudiciable pour l’avenir.

Blaise.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu