Avertir le modérateur

14/03/2008

Municipales Amiens : tour d’horizon du second tour !

5ed2a7bc01cc052447051a08df7df866.jpg

Au premier tour, six listes en présence. Au second tour, deux listes : Gilles Demailly, Gilles de Robien. Les quatre autres listes n’ont pu être présentes pour avoir fait des scores inférieurs à 10%. Aucune liste n’a fusionné avec une autre.

Deux grosses surprises : 45% d’abstentions, Gilles Demailly arrive en tête face à Gilles de Robien.

Faire des pronostics pour le second tour avec un tel taux d’abstention est une mission impossible ! Le seul constat objectif, l’abstention est plus forte dans les quartiers dits populaires.

Sur la notion de quartier, il faut être prudent : les coûts de l’immobilier sont tellement importants que de nombreux quartiers ont complètement changé au niveau sociologique des habitants.

A titre d’exemple, qui a-t-il de commun entre aujourd’hui et les années 1960 dans des quartiers comme Saint Acheul, Beauvillé, Saint Pierre, Saint Anne, la fosse au lait, Saint Leu etc. ?

Le score de dimanche soir est ouvert !

Comme convenu, nous avons ouvert à tous ce blog (et il reste ouvert) et nous ne donnons aucune consigne de vote, sinon VOTEZ qui vous voulez, y compris blanc ou nul, si c’est votre conception de la démocratie.

Juste quelques brèves de campagne :

Une tension lourde – autant la campagne du premier tour avait été assez sereine, peu stimulante mais sereine [qui change vraiment d’idée au cours d’une campagne ?].

Au second tour, une ambiance qui nous a rappelé les années 1980 – intox-infos – changement brutal de cap.
Gille de Robien ou ses équipes ont incontestablement donné un ton auquel nous n’étions plus habitués.

Tractage, phoning, distribution de tracts à la sortie des écoles, aux parents d’élèves bien sûr – mais il y avait des usages de garder  une neutralité à l’école.

Une espèce de sursaut avant le dernier soupir !

Vous avez les cartes en main, espérant que le dernier jour de campagne retrouve un climat de sérénité indispensable à la démocratie.

Un seul mot d’ordre : VOTEZ.

Entre-temps vos contributions sont les bienvenues, le site sera fermé uniquement du samedi minuit au dimanche 18h.

Dès 18h, les premiers résultats, n’hésitez pas à poster des résultats partiels, en indiquant sur quel nombre de bulletins, ils correspondent et le bureau de vote.

Merci à tous de vos informations, humeurs, mauvaises humeurs !

N’oubliez pas le blog continue et bien au-delà des élections, il sera un centre d’observations quelque soit le candidat élu.

Blaise – Lafleur – Sandrine.

Dès ce dimanche 18h, un commentaire sera mis en ligne pour les premiers résultats à Amiens, cliquez sur page acceuil 

13/03/2008

Municipales Amiens : Gilles de Robien, merci de nous rassurer !

e670e3cc55855005aa1cb6212eb95526.jpg

Circule un tract dans Amiens, signé « un amiénois de cœur » : la conclusion de ce texte « Oui, toute l’équipe municipale a compris le message du premier tour. Courons  vite aux urnes sauver notre ville le dimanche 16 mars 2008. Oui, pour toutes ces raisons, j’accorde ma confiance à Gilles de Robien ».

L’esprit de ce tract : jouer sur l’anticommunisme primaire et tenter d’engendrer la peur sur le retour des socialo-communistes !

Ce procédé est détestable dans la forme, au fond ! 

Gilles ne n’est pas vous, ce n’est pas TOI !

Une mise au point claire et désapprobatrice de votre part est nécessaire.

Vous ne pouvez être mêlé à cela !

Rassurez-nous et vite !

Lafleur.

12/03/2008

Municipales Amiens, le combat des Gilles sur Radio Bleu Picardie !

b6198273421dbc26eb707a6f63b28b8e.jpg

Entre 18h et 19h, les deux Gilles s’affrontaient sur Radio Bleu Picardie, dans les locaux du Courrier Picard.

Comme bien souvent en ce genre de débat (l’exercice veut cela) rien de particulier, un peu dans le style Georges Marchais « Vous êtes venus avec vos questions, moi je suis venu avec mes réponses ! »

Incontestablement, Gilles de Robien nerveux, langage rapide, voulant sans cesse prendre la parole, pas du tout la « force tranquille »

Gilles Demailly, plus lent, consensuel.

Gilles de Robien analyse son mauvais score du premier tour, en expliquant qu’un certain nombre d’Amiénois se sont abstenus pour montrer leur mécontentement : je ne saurais dire dans quelle proportion mais cette analyse est à prendre en compte. Une espèce de 2002, je ne vote pas de Robien au premier tour pour mieux voter pour lui au second !

Certainement pas les conséquences de 2002 mais une forme de réalité.

Sinon, une ambiance du débat Giscard Mitterand en 1981 – de Robien à la Giscard tente de faire passer Demailly pour un ignorant des dossiers – Giscard demandant à Mitterand le cours du mark !! Demailly faisant quant à lui à de Robien, Vous êtes un homme du passé.

Sur le fond : de Robien a reconnu qu’il avait fait une erreur pour les bus et un manque de pédagogie pour la gare, il a joué et sur joué que Demailly était du parti du Ya Ka-Y FO (j’écris cela en jeune’s, pour faire jeune).

En un mot Gilles de Robien a fait un repenti ! Un peu tard – quand des personnes de bon sens, sans esprit partisan, tentaient de lui expliquer certains dysfonctionnements, il répondait par un très gaullien « Je vous ai compris » mais n’en tenait pas compte.

Aujourd’hui, certains amiénois considèrent que ses deux premiers mandats ont apporté à la ville mais que le troisième, il a déraillé (du tramway – bof moyenne celle la).

Je reste convaincu que Gilles de Robien avait un espoir national fort du temps de la chiraquie (Amiens ne lui paraissait plus nécessaire à son avenir politique). Il n’a pas trouvé sa place dans la sarkosphère et il est parti dans un isolement complet, les travaux etc.

En plus, il est entouré d’une équipe qui passe leur temps à l’isoler et à ne pas le contrarier. Il semble avoir compris mais il est trop tard !

Demailly a bien su faire passer son message, par contre, de Robien a pas tort (j’ai écrit ici: erreur de casting) sur le buveur de Génépi (Leroy, le monsieur piéton !)  et sur Cosserat – certains se souviendront du célèbre couple Cosserat tant elle que lui c’était pas triste. Demailly aurait pu se dispenser d’aller chercher ce vieux Stal.

Mais la bonne liste n’existe pas : Mézin, Thorel etc il y aurait aussi à dire !

Du passé, faisons table rase, dans les deux camps et voyons le début du XXI° siècle en pensant à nos enfants et petits enfants !

Pour moi, le débat n’a rien apporté de substantiel.

On ne refait pas tout en 8 jours – il fallait y penser auparavant !!

Blaise.

Municipales à Amiens : Ségolène Royal ferait-elle peur à la gauche ?

eb88bafc646beab4499c22e9cd8e1c03.jpg

Si l’on en croit le Courrier Picard, Ségolène Royal aurait du être à Amiens, aujourd’hui.

Elle aurait préféré consacrer le peu de temps dont elle dispose pour se rendre dans des villes où le PS serait plus en difficulté.

Gilles Demailly rassemble les amiénois et tout comme son adversaire, il ne souhaite certainement pas trop politiser le débat (j’entends politiser au sens de la politique politicienne).

En confidence, Ségolène Royal a parfois des propos surprenants et l’on peut comprendre qu’elle puisse paraître plus nuisible qu’utile, par contre elle aurait mobilisé le Modem (ses appels incessants à François Bayrou) mais j’ai cru comprendre que les électeurs du Modem n’avaient pas besoin de ses conseils pour savoir pour qui ils devaient voter au second tour ! Ils ont en mémoire les propos si « chaleureux » de Gilles de Robien sur François Bayrou !!

Un conseil à Gilles Demailly, bien que n’ayant aucune légitimité à le faire, il lui faut mobiliser et mobiliser car le deuxième tour n’est pas acquis.

Alors avec ou sans Ségo, au boulot !

Blaise.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu