Avertir le modérateur

16/06/2008

La « cohabitation » portera-t-elle ses fruits à Amiens ?

1729322546.jpg

La ville d’Amiens bénéficie d’une mairie, d’un conseil général, d’un conseil régional de gauche face à l’Etat UMP.

Ces trois entités nous permettront-elles de mieux vivre à Amiens ?

Il est évident que la politique, sur les points les plus importants, est du ressort du président de la république et du gouvernement.

Y aura-t-il une synergie favorable aux amiénois ?

La décentralisation permet maintenant une forme d’autonomie : transports, social, culture, éducation…

Il n’est pas question de prôner qu’Amiens devienne un village gaulois résistant à toute la France mais aujourd’hui que pouvons-nous espérer du bénéfice de cette situation ?

Aujourd’hui, nous ne voyons guère les perspectives de dossiers traités en commun et en synergie.

Certes le conseil général et la mairie (Amiens Métropole étant aussi sous le vocable mairie) s’installent et doivent prendre connaissance des dossiers.

Les transports : un long processus de concertation doit se mettre en place, pour la culture les saisons 2008-2009 des différents lieux culturels sont programmées, le Zénith (est-ce de la culture et la ville n’a pas à intervenir sur le programme de cette entité privée) semble se mettre en place, éducation : la carte scolaire libre se mettra en place en septembre 2009.

Par contre, il semblerait qu’Amiens-plage soit supprimée pour cause de coût, qu’aune manifestation culturelle ne soit programmée pendant les grandes vacances pour les amiénois qui ne peuvent partir en vacances…

Faudra-t-il attendre la rentrée de septembre pour voir un schéma des projets ?

Le démarrage est lent, il faut mieux un « diésel » lent au démarrage et efficace, qu’un bolide trop rapide qui va dans le mur mais nous nous impatientons !!

Blaise.

09/06/2008

Demailly : entre débats participatifs et grand ménage de printemps !

1072374038.jpg

Gilles Demailly semble avoir quelques difficultés à marquer son territoire.

Il met en place des débats participatifs dont l’issue paraît très incertaine : le bus, le tramway, Etouvie.

Sa communication est très limitée, dans un tel cas, tous les bruits circulent. Il se dit que les relations entre les élus et le personnel municipal seraient très mauvaises, que Gilles Demailly a le plus grand mal à constituer ses équipes – ces arrivées massives de cadres de  l’université semblent confirmer cette impression.

Une espèce de chasse aux sorcières se mettrait en place.
 

Vu de l’extérieur, sans éléments précis, Gilles Demailly apparaît comme ayant les mêmes défauts que Ségolène Royal : on n’a pas d’idées, on va en demander à travers les débats participatifs, on a des relations conflictuelles avec les personnels.

Peut-être un coup de blues de printemps pluvieux mais j’ai le sentiment que certains amiénois se posent la question de savoir s’ils ont fait « le bon choix » ?

Si la situation ne bouge pas, ne se clarifie pas rapidement, des électeurs de Gilles vont regretter Gilou !

Blaise.

22/05/2008

La vengeance de Cosserat ?

643067815.jpg

Cosserat voudrait intenter une action en diffamation contre Gilles de Robien et des membres de sa liste, suite à un trac de la campagne électorale où il était fait état de son action lorsqu’il était adjoint de René Lamps.

Evidement, il n’est pas question d’évoquer cette affaire sur le plan juridique et judiciaire. La justice passera. 

Par contre, politiquement, c’est une erreur manifeste.

J’avais écrit ici, article visant à mettre en garde Gilles Demailly sur une erreur de casting pour la constitution de sa liste.

Je n’avais peut-être pas tout à fait tort !

Gilles Demailly gagne les élections municipales et les amiénois attendent un nouveau style, une nouvelle gouvernance.

Cosserat veut faire une espèce de troisième tour à travers une procédure.

Que Gremetz fasse ce type de procédure, c’est dans son caractère !

Là, il y a un problème politique sérieux : Gilles Demailly approuve ce type de procédure et cela met gravement en cause son image d’homme de conciliation et de dialogue. Gilles Demailly désapprouve ce comportement et n’arrive pas à contenir et dissuader ses troupes et il y a là un grave problème d’autorité et de cohésion de l’équipe.

Cela nous donne une bien mauvaise image de la nouvelle équipe dont on attend toujours des décisions politiques significatives.

Blaise.

19/05/2008

Gilles de Robien démissionne du Conseil Municipal, Gilles Demailly met en route lentement son action politique.

460611426.jpgGilles de Robien a démissionné de son poste de conseiller municipal à Amiens. Aucune surprise, l’éventuelle surprise, c’est qu’après l’installation du premier Conseil municipal, il ne l’ait pas fait.

J’espère que Gilles Demailly, au prochain Conseil municipal du 22 mai 2008, dira quelques mots.

Il ne fut pas parfait, il ne fut pas imparfait.

***************** 

Le Conseil municipal se met lentement en place – l’ordre du jour du 22 mai comporte encore beaucoup de désignations dans les différents organismes où la ville a de plein droit, un poste.

Sans être impatient, on a le sentiment que le nouveau Conseil municipal gère les affaires courantes sans donner pour le moment de grandes inflexions à la vie municipale.

Je n’ai jamais été pour la chasse aux sorcières ou pour les déclarations intempestives. Il faut parfois « donner du temps au temps » mais des surprises quand même.

Le JDA semble inchangé, le site amiens.fr semble inchangé

1243114177.jpg

Un sentiment que la machine a du mal à se mettre en route !

Gilles Demailly rassurait nous ! Quel sera votre politique ?

Blaise.

11:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : de robien, demailly, amiens

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu