Avertir le modérateur

11/01/2008

Si Royal avait fait du Sarkozy ?

0e82a8858f26470e0decf787860d49d8.jpg

En 1981, lors de la campagne électorale des présidentielles, certains hommes politiques de droite tentaient de terroriser  le bon peuple de France, en faisant croire, que si Mitterand et l’Union de la gauche arrivaient au pouvoir, nous aurions les chars russes aux portes de Paris (pour les plus jeunes demandaient à vos parents, vous avez bien lu en 1981 et non 1881).

La gauche était sensée avoir « le monopole du cœur », comme disait et contestait Giscard, à savoir des doux rêveurs totalement hermétiques à l’économie, aux finances à la vie industrielle.

Tout juste bon pour la culture (des cultureux) et éventuellement un peu l’enseignement.

Le sérieux : la diplomatie, l’armée, les finances, la police, c’était la droite.

Cette image a collé longtemps à la gauche puis des Rocard, Delors, Fabius, DSK ont démontré que les finances publiques, ils connaissaient aussi -  de plus les chars russes ne sont pas venus à Paris et Mitterand a même réussi à scier la branche au PC qui ne s’en est jamais vraiment remis.

Les cohabitations, Jospin etc. ont changé les mentalités mais des scories voire des séquelles restent et lorsque Ségolène Royal a été candidate, de nombreux politiques et observateurs n’ont pas manqué de rappeler ses insuffisances, son manque de réponse à la mondialisation, au pouvoir d’achat, au chômage etc.

Nicolas Sarkozy a été élu. Toujours convaincu d’être en campagne électorale, il promet et le lendemain, il dit le contraire ou le fait dire par ses collaborateurs ou ministres.

Le dernier exemple en date, les 35 heures.

Alors imaginons que Ségolène Royal ait été élue aux lieu et place de Nicolas Sarkozy.

Si elle avait eu une telle attitude (entre-nous hypothèse plausible, car pendant la campagne, elle a eu quelques virages à 90°) que n’aurions–nous pas entendu sur l’incapacité de la gauche à gouverner ?

Comme Sarkozy, elle avait quelques soucis « conjugaux » (quand on y réfléchit, ils ont des points communs !!) – la presse se serait déchaînée sur l’exposition indécente de la vie privée.

Les Français auraient du voter Bayrou ! Une prochaine fois, peut-être !!

Blaise et Lafleur – anarchistes d’un jour-

23/12/2007

A Amiens le Modem croit au père Noël !

badd521d279808ee45eba73fd88df792.jpg

Le Modem à Amiens semble crédité, par les sondages, d’un score de 5% pour les élections municipales de 2008.

Les nouveaux Modémistes amiénois affichent un grand moral et ne désespèrent pas de jouer un rôle important lors des prochaines élections municipales.

Que va espérer Maxime Gremetz avec ses 18% et pourtant il se retire de la course !

Il semblerait que deux politiques (ah s’il n’y en avait que deux !) s’affrontent au sein du Modem à Amiens – les nouveaux, c’est à dire, les militants qui n’étaient pas d’anciens UDF et qui sont arrivés avec l’effet François Bayrou et les anciens ceux qui sont du canal UDF-historique.

Les nouveaux prônent une liste qui sera présente au premier et au second tour, sans alliance possible, dans la ligne droite du discours de François Bayrou – sauf que François Bayrou prend des initiatives très surprenantes sur le plan national et en particulier dans les grandes villes. Ils sont « armés » d’une espèce de sondage pour demander aux amiénois leurs préoccupations actuelles et veulent y apporter des solutions – un débat participatif !!

Les anciens et en particulier Olivier Mira, adjoint élu à la mairie sur la liste de Gilles de Robien prône quant à lui une alliance avec Gilou.

Il paraît que les adhérents du Modem auraient même reçu par courriel une invitation pour rencontrer Gilles de Robien et Mira ce vendredi dernier.

La nouvelle présidente et le secrétaire auraient vivement protesté et rappelé qu’ils étaient les seuls à pouvoir utiliser le fichier des adhérents : bravo pour un Mouvement Démocrate !

François Bayrou et le président de la CNIL doivent être ravis !!

Si c’est ce que le Modem a à proposer aux amiénois, Gilou est encore là pour 20 ans !

Blaise.

10/12/2007

Le Modem à Amiens semble avoir du mal à rompre le cordon ombilical avec Gilles de Robien ?

f7b79cdedf67f6e9eac1c606efc92c4c.jpg

Le Modem à Amiens est constitué. Un article de 4 cm² du Courrier Picard précise que France MATHIEU, conseillère régionale de Picardie a été élue présidente du Modem Somme.

Dans la 6° circonscription de la Somme, contre Jacques Fleury, aux dernières législatives, elle a obtenu 4,96% des suffrages.

C’est vrai que Gilles de Robien dit Gilou doit être terrorisé face à une telle candidature !

Au plan national, François Bayrou a toujours clairement expliqué que le Modem devait être présent au premier tour, puis trouver des accords au deuxième tour suivant les politiques locales.

En toute logique, le Modem devrait avoir une liste à Amiens, au premier tour.

Au deuxième tour, que choisir ? 

Gilles Demailly (candidat PS) semble avoir clairement opté pour une liste de toute la gauche (sauf Gremetz), pour une espèce de « nouvelle union de la gauche ».

Gilles de Robien, après les déclarations d’Alain Gest, semble être obligé de mettre la barre à droite – l’UMP estimant que le règne de l’UDF à Amiens était finie. De plus Gilou est sans parti, l’UDF a fait l’objet d’une fusion-acquisition de la part du Modem.

Son parti est Amiens, soit mais qui est Amiens et Amiens est de quel bord ! 

Il se dit qu’Olivier Mira, adjoint au maire d’Amiens, candidat à 6,15% aux dernières législatives réfléchirait à une liste Modem ?

Pour le moment peu de lisibilité sur les souhaits, espoirs du Modem à Amiens sinon que d’aller jouer les repentis chez Gilou ?

Blaise

23:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : modem, bayrou, de robien, amiens

28/11/2007

Gilles de Robien : « mon parti c’est Amiens » !

1a2e6081511af51f98bed7b43709b107.jpgCe jour, Gilles de Robien a déclaré à l’AFP, que François Bayrou avait « massacré l’UDF ». Il a également rappelé : « je fais partie de l’UDF que je n’ai jamais quitté(e) depuis presque 30 ans. »

Il quittera l’UDF, le 30 novembre date de création du Modem.

C’est pourquoi le Courrier Picard lui donne l’étiquette « centriste », en commentant sa conférence de presse sur les municipales.

Gilles de Robien promet une surprise, pour lesdites élections, un cadre du PS serait de la liste.

 

Pour la surprise (un peu d’humour ne fait pas de mal !), on souhaite vivement que ce ne soit pas une surprise type Elodie Gossuin !!

Quant à l’étiquette politique, il faut rappeler qu’Amiens est une ville de 160.000 habitants et que les Amiénois souhaitent connaître le parti politique de leur maire.

Il part de l’UDF mais franchement il y a bien longtemps que l’UDF était partie.

Gilou fera ce qu’il veut, les Amiénois aussi, mais il ferait mieux de dire qu’il est UMP.

Se dire membre du parti du président serait dangereux voire de nature à rendre l’élection impossible à Amiens?

Je le crois trop fin stratège pour avoir la naïveté de penser qu’il pourra faire une campagne apolitique aux élections municipales.

Une précision sur son appartenance politique serait la bienvenue.

Comme nous ne sommes pas sérieux : Geneviève de Fontenay se dit de gauche, ce ne serait pas elle ce cadre de gauche ?

Un petit effort ! Je suis UMP, ce n’est pas déshonorant, non ?

Blaise.

21:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : de robien, modem, udf, bayrou, amiens, ps

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu