Avertir le modérateur

12/03/2008

Municipales à Amiens : Ségolène Royal ferait-elle peur à la gauche ?

eb88bafc646beab4499c22e9cd8e1c03.jpg

Si l’on en croit le Courrier Picard, Ségolène Royal aurait du être à Amiens, aujourd’hui.

Elle aurait préféré consacrer le peu de temps dont elle dispose pour se rendre dans des villes où le PS serait plus en difficulté.

Gilles Demailly rassemble les amiénois et tout comme son adversaire, il ne souhaite certainement pas trop politiser le débat (j’entends politiser au sens de la politique politicienne).

En confidence, Ségolène Royal a parfois des propos surprenants et l’on peut comprendre qu’elle puisse paraître plus nuisible qu’utile, par contre elle aurait mobilisé le Modem (ses appels incessants à François Bayrou) mais j’ai cru comprendre que les électeurs du Modem n’avaient pas besoin de ses conseils pour savoir pour qui ils devaient voter au second tour ! Ils ont en mémoire les propos si « chaleureux » de Gilles de Robien sur François Bayrou !!

Un conseil à Gilles Demailly, bien que n’ayant aucune légitimité à le faire, il lui faut mobiliser et mobiliser car le deuxième tour n’est pas acquis.

Alors avec ou sans Ségo, au boulot !

Blaise.

11/03/2008

Municipales à Amiens : Gilles de Robien montre sa véritable étiquette politique, c’est un Sarkoziste ?

675ffcc9edd5a2c7fd79fe9a52d21885.jpg

Gilles de Robien, profondément affecté par son échec électoral, fait comme le président Sarkozy, il perd son sang-froid et revient à la politique comme il y a trente ans.

Lui qui a été « centriste » puis apolitique « mon parti, c’est Amiens » - il est surprenant de voir les déclarations faites au Courrier Picard sur Gilles Demailly.

S’il espère mobiliser les Modem et les centristes en général avec des propos d’un autre temps, il se trompe gravement.

Soutenir dans la même campagne que Gilles Demailly était quelqu’un de bien qui aurait pu figurer sur sa liste, puis aujourd’hui des attaques sur sa présidence à l’université : c’est difficile la politique !

Je pense que ceux qui avaient encore une hésitation pour voter Gilles de Robien vont être fixés sur sa vraie personnalité !

Les attaques personnelles sont toujours détestables et méprisables!

Rappelez-vous les horreurs que Gilles de Robien a dites sur son « ami » François Bayrou !

Décevant, navrant, la tournure de cette campagne sauf qu’elle révèle les personnalités !

Blaise.

10/03/2008

Municipales à Amiens : le combat des Gilles !

d7812ca7e873afa99046446a2ac5fe66.jpg

Seuls Gilles Demailly et Gilles de Robien seront présents au second tour des élections municipales.

Avant de voir, les résultats du 16 mars, un problème amiénois 45% d’abstentions : les Amiénois en étaient-ils restés à des sondages donnant Gilles de Robien élu au premier tour, ne croyaient-ils pas à la possibilité de Gilles Demailly de gagner, sont-ils tellement « fatigués et déçus » de la politique qu’ils ne jugent pas utile de voter ?

Il est bien évident que les deux candidats vont tenter de faire leur « marché » au sein de ces abstentionnistes, mais qui sont-ils ? En général, des quartiers à tradition de gauche.

Demailly 41,37% : Gilles de Robien avait dit qu’il serait un excellent candidat sur sa liste, il a été un excellent candidat mais en le devançant dès le premier tour. Sa force, incontestablement d’avoir réuni toute la gauche, en rejetant Gremetz et en laissant l’extrême gauche compter ses votes au premier tour. La LCR et LO ont toujours eu ce besoin de se compter !

Un attrait, il est nouveau sur la scène politique – il a séduit, il a catalysé les mécontents du système de Robien.

De Robien 38,88% : pan sur le bec comme on dit au Canard Enchaîné. Son apolitisme de dernière minute, ses travaux mal gérés, son équipe fatigante et fatiguée ont été des handicaps. Peut-être une certaine décontraction à penser qu’il était invincible ?

Il a payé pour son « ami de 30 ans » Nicolas Sarkozy mais il a surtout payé ses propres erreurs. Son manque d’écoute, son entourage qui le surprotège et qui le déconnecte de la vie des amiénois, ses postes ministériels.

Dollé 6,43% : un score historique pour la LCR, l’effet Besancenot le facteur qui monte, une manière pour certains électeurs de fustiger la gauche et la droite. Un certain bon sens, dans son genre. Il souhaite se fondre dans la liste de Demailly, quel sera son prix ?

Leflot-Savain 5,82% : moins que la LCR ? Le sentiment d’un amateurisme chronique, il ne suffit pas de voir la vie en orange pour convaincre les Amiénois. Plus sérieusement si vous reprenez les scores de l’UDF et je ne parle par du score de François Bayrou aux dernières présidentielles, il était traditionnellement de 6% (score de François Bayrou en 2002). Le score national du Modem a été de 4,35% à ces municipales donc mieux que la moyenne nationale. Elle a déclaré ne pas donner de consigne de vote !

Fachon 4,35% : combattre le « sectarisme » de de Robien a été insuffisant pour convaincre les électeurs – avec son aéroport, elle était planante ! Elle, aussi, dit ne pas donner de consigne de vote !

Paleni 3,14% : on voit qu’Arlette n’est plus aux commandes ! Il tentera certainement de monnayer ses voix auprès de Demailly.

En l’état, sans tenir compte des abstentionnistes, Gilles de Robien est battu car Gilles Demailly a de nombreuses voix à prendre chez les quatre candidats qui ne seront pas au second tour.

Chez les abstentionnistes, que peut faire Gilles de Robien pour les convaincre ?

Dans la semaine, nous verrons mais quelle ne fût pas ma surprise de l’entendre à son QG, dénoncer le mauvais climat national (faut-il comprendre qu’il condamne Sarkozy) et qu’il allait tout mettre en œuvre pour rassembler sa famille centriste ?

Laquelle ? Celle des félons : Cavada, Morin, Santini etc. Celle du Modem dirigeait par un homme nuisible pour la France ?

Comment peut-il effacer son passé politique, être apolitique au premier tour et un centriste bon ton au second tour ? Qui peut encore lui faire confiance ?

Alain Gest, patron de l’UMP, va être ravi de savoir qu’il soutient un centriste ?

En une semaine, il va pouvoir effacer les pilasses de la gare du Nord dignent du camp de Guantanamo ?

UDF, il était, UDF il était respecté – Centriste de la semaine, cela ne passera pas !

Voyez sur le site le billet de Jules, il vous donne une bonne situation de qui a été et qui est devenu Gilles de Robien.

Le combat des Gilles va être passionnant !

Blaise.

Municipales à Amiens : adieu Gilou, on t’aimait bien !

54435c008571cb03d05b5072dbe1d3b0.jpg

Je vais vous conter une histoire, d’un gars bien, Gilles de Robien, qui est devenu un politicien et pour qui je ne voterai pas dimanche prochain.

Dans les années 1970, il y avait un agent d’assurance, place René Goblet, au fond d’une cour et qui était un membre actif du Parti des Républicains, un de ceux de la bande à Léotard.

Dynamique, sympathique, respectueux des idées des autres : un homme de dialogue, en un mot un démocrate.

Puis cet homme a décidé de battre René Lamps aux élections municipales – Lamps allait attaquer son quatrième mandat. Lamps était un communiste « réaliste », il aurait eu tout à fait sa place dans le parti communiste actuel mais nous étions au temps d’un communiste marxiste-léniniste.

Le principal défaut de René Lamps était de ne pas avoir la fermeté de mettre à la porte les cocos qui phagocytaient la mairie : emplois de complaisance, incrustation des étudiants communistes, (amusant, certains de ces « étudiants » sont du clan de Robien maintenant !, l’ouverture avant l’heure !!)

Il a battu Lamps puis il a été élu député.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu