Avertir le modérateur

18/06/2008

A Amiens, pour la gestion des travaux les maires se suivent et se ressemblent !!!

1266970458.jpg

Les travaux continuent à Amiens et c’est normal, des contrats ont été passés et doivent être honorés. Par contre, la gestion de la circulation, pendant les travaux appartient désormais au nouveau maire ! 

Rue des Otages et place René Goblet, l’enfer le matin, l’enfer à 14h.

Toutes voitures doivent passer sur une file : de l’ancien garage Gueudet, jusqu’au début de la rue Victor Hugo.

Là, panique générale car les piétons  cherchent désespérément un feu tricolore et n’en trouvent pas. Hésitations des automobilistes, des piétons donc embouteillages garantis.

Que fait la police municipale ? Certainement ce qu’on lui dit, c'est-à-dire rien !

Un Gilles chasse l’autre mais l’amiénois moyen qui n’a pas besoin d’embouteillage pour surconsommer (1,50€ le litre) et sur polluer et toujours dans la même pagaille.

Si certains lecteurs connaissent Gilles Demailly, merci de l’alerter ! Il ne circule pas en ville ?

Blaise très  énervé.

15:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : travaux, amiens, demailly

16/06/2008

La « cohabitation » portera-t-elle ses fruits à Amiens ?

1729322546.jpg

La ville d’Amiens bénéficie d’une mairie, d’un conseil général, d’un conseil régional de gauche face à l’Etat UMP.

Ces trois entités nous permettront-elles de mieux vivre à Amiens ?

Il est évident que la politique, sur les points les plus importants, est du ressort du président de la république et du gouvernement.

Y aura-t-il une synergie favorable aux amiénois ?

La décentralisation permet maintenant une forme d’autonomie : transports, social, culture, éducation…

Il n’est pas question de prôner qu’Amiens devienne un village gaulois résistant à toute la France mais aujourd’hui que pouvons-nous espérer du bénéfice de cette situation ?

Aujourd’hui, nous ne voyons guère les perspectives de dossiers traités en commun et en synergie.

Certes le conseil général et la mairie (Amiens Métropole étant aussi sous le vocable mairie) s’installent et doivent prendre connaissance des dossiers.

Les transports : un long processus de concertation doit se mettre en place, pour la culture les saisons 2008-2009 des différents lieux culturels sont programmées, le Zénith (est-ce de la culture et la ville n’a pas à intervenir sur le programme de cette entité privée) semble se mettre en place, éducation : la carte scolaire libre se mettra en place en septembre 2009.

Par contre, il semblerait qu’Amiens-plage soit supprimée pour cause de coût, qu’aune manifestation culturelle ne soit programmée pendant les grandes vacances pour les amiénois qui ne peuvent partir en vacances…

Faudra-t-il attendre la rentrée de septembre pour voir un schéma des projets ?

Le démarrage est lent, il faut mieux un « diésel » lent au démarrage et efficace, qu’un bolide trop rapide qui va dans le mur mais nous nous impatientons !!

Blaise.

02/06/2008

Le Courrier Picard et le foot à Amiens.

546616032.jpg

L’ASC foot a depuis de nombreuses années des difficultés : difficultés sportives car plane toujours l’espoir de monter en L1, alors que le club flirte régulièrement avec la relégation, difficultés à trouver des sponsors de poids pour asseoir  financièrement son avenir.

Le problème date de quelques années et il y a une espèce de cycle du foot à Amiens.

La nouveauté, c’est l’attitude du Courrier Picard. Le foot et les médias se sont toujours des rapports compliqués. Acclamés, haïs se sont souvent des rapports très exacerbés avec le foot mais le sport en général.

Depuis quelques mois, on a le sentiment, en lecteur lambda du Courrier Picard qu’il y a une espèce de guerre larvée au sein de la rédaction avec l’ASC.

Les dirigeants sont vivement critiqués, puis des articles rétablissent un équilibre en écoutant lesdits dirigeants.

Serge Guyot est mis en avant alors qu’il y a quelques années, il avait eu droit aussi à la « moulinette » du Courrier Picard.

La presse doit être libre mais on a le sentiment que le Courrier Picard participe à un lynchage médiatique des dirigeants dont il n’est un secret pour personne qu’ils étaient proches de Gilles de Robien.

Si c’est cela le fond du problème, appelons un chat un chat et disons changement de municipalité donc changement de direction, cela aurait le mérite d’être clair.

Sinon, il ne me semble guère productif au moment où le club cherche un entraîneur, des joueurs, des sponsors et un « acheteur » (disons des apports financiers lourds) de jouer ce rôle de sape.

Vive le foot.

Lafleur.

11:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : asc, amiens, courrier picard

27/05/2008

L’usine Cosserat à Amiens va fermer ?

1384105623.jpg

L’usine Cosserat à Amiens va fermer, ce n’est guère une surprise, ce n’est pas la première usine, surtout dans le textile et certainement pas la dernière.

Je ne voudrais pas que cet article soit mal interprété et je suis conscient du drame humain des licenciements, du prix de fuel à 1€ le litre et du gazole à 1,50€ et de bien d’autres problèmes qui rendent la vie en France de plus en plus difficile.

Je veux simplement dire que lorsque les politiques, à tout niveau : national, régional, local, nous font de grands discours pour nous expliquer qu’une ville ou une région doit attirer des entreprises ou soutenir ou aider des entreprises, c’est un leurre absolu.

Lorsqu’une entreprise a envie de délocaliser, elle délocalise.

Quand une entreprise va mal ou se trouve dans un secteur très concurrentiel comme le textile, ne faudrait-il pas dès le début, trancher dans le vif, c'est-à-dire ne donner aucune aide à cette entreprise et « prendre en charge » les salariés par des aides à des formations etc. ?

A Amiens, des investissements lourds ont été faits pour les centres d’appels, à l’époque, il avait été dit 300.000 F par emplois (à vérifier).

Aujourd’hui, la quasi-totalité des centres d’appels sont en Afrique noire francophone car les coûts de la main d’œuvre sont peu importants.

Qu’adviendra-t-il de nos centres amiénois ?

Gilles Demailly avait évoqué des développements dans l’agriculture, au sens le plus large, et à ses différents traitements.

Il est impératif que les politiques interviennent très rapidement lorsqu’une entreprise va mal et ne fassent pas d’investissements ou de cadeaux, là où il n’y a pas de pérennité.

Nous vivons des temps bien difficiles.

Blaise.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu