Avertir le modérateur

27/05/2008

L’usine Cosserat à Amiens va fermer ?

1384105623.jpg

L’usine Cosserat à Amiens va fermer, ce n’est guère une surprise, ce n’est pas la première usine, surtout dans le textile et certainement pas la dernière.

Je ne voudrais pas que cet article soit mal interprété et je suis conscient du drame humain des licenciements, du prix de fuel à 1€ le litre et du gazole à 1,50€ et de bien d’autres problèmes qui rendent la vie en France de plus en plus difficile.

Je veux simplement dire que lorsque les politiques, à tout niveau : national, régional, local, nous font de grands discours pour nous expliquer qu’une ville ou une région doit attirer des entreprises ou soutenir ou aider des entreprises, c’est un leurre absolu.

Lorsqu’une entreprise a envie de délocaliser, elle délocalise.

Quand une entreprise va mal ou se trouve dans un secteur très concurrentiel comme le textile, ne faudrait-il pas dès le début, trancher dans le vif, c'est-à-dire ne donner aucune aide à cette entreprise et « prendre en charge » les salariés par des aides à des formations etc. ?

A Amiens, des investissements lourds ont été faits pour les centres d’appels, à l’époque, il avait été dit 300.000 F par emplois (à vérifier).

Aujourd’hui, la quasi-totalité des centres d’appels sont en Afrique noire francophone car les coûts de la main d’œuvre sont peu importants.

Qu’adviendra-t-il de nos centres amiénois ?

Gilles Demailly avait évoqué des développements dans l’agriculture, au sens le plus large, et à ses différents traitements.

Il est impératif que les politiques interviennent très rapidement lorsqu’une entreprise va mal et ne fassent pas d’investissements ou de cadeaux, là où il n’y a pas de pérennité.

Nous vivons des temps bien difficiles.

Blaise.

Commentaires

Adé Blaise
je plussoie tes propos, cela dit j'ai mal de voir ce savoir faire disparaitre et je suis de tout coeur avec tous ceux qui voient leurs emplois sacrifiés sur l'autel de la rentabilité exacerbée.
les temps dont tu parles ne sont rien à coté de ceux à venir... et pourtant je ne suis pas de nature pessimiste :-(

Écrit par : passepartout | 27/05/2008

hello Blaise
triste en effet que tout cela...
petite info concernant cosserat,
A david/amiens metropole aurait un projet sur le long terme pour ces locaux de cosserat (lequel?) mais toujours est il qu' Alain david a rencontré le collectif artisticoassociatif "la briqueterie", ces assos devrait investir les lieux provisoirement pour libérer leurs locaux actuels (quartier st roch, ex caserne friant) pour que des travaux y soient faits.

Quel sera l'investissement de la briqueterie a cosserat? ce provisoire sera t il du definitif? je me souvient en tous cas que ces assos avaient développé pas mal d'actions culturelles a l'usine colbert (actuellement anpe/autrechoz...) avant de devoir la quitter

pas plus d'infos pour le moment
a pluch

Écrit par : wanabe | 28/05/2008

@wanable
merci pour l'info - je suis content qu'à Amiens, comme dans certaines villes, les friches industrielles soient converties en lieux culturels (les premiers ont été les mineurs du Nord) mais ce que j'aime encore plus ce serait que des amiénois aient du travail - en particulier chez Cosserat qui fait un peu parti du culturel amiènois et ce sont de vieux cabotants comme nous qui te le disons.
Certains à quelques années de la retraite vont être licenciés.
Le lieu culturel est un moindre mal mais bon!! et là bien évidement Demailly n'est en rien responsable sinon que d'essayer de "colmater" les brèches. Merci encore.

Écrit par : Blaise | 28/05/2008

Les fermetures d'entreprises et le ou la politique!
Et oui, malheureusement la fin de Cosserat était prévsible dans un marché textile moribond!C'est aujourd'hui Amiens , hier lille, Roubaix, Tourcoing,Troyes, Roanne, Castres ,Mazamet, Nantes,Cholet.... et j'en passe!
C'est la rançon d'un marché mondial ouvert qui, quoiqu'on en dise a largement profité aux consommateurs que nous sommes!
On ne peut pas avoir un pull pas cher et acheter un téléphone portable ou en changer tous les trois mois!!
C'est le prix du maintien du pouvoir d'achat par les importations et de fait par les délocalisations et les fermetures de sites de production.
C'est aussi l'effet très pervers d'un réseau de distribution (centrale d'achat) extrèmement concentré en France.
Quant à croire que les politiques ont un quelconque pouvoir: ne soyons pas naif!
Retarder une échéance pour donner une chance ou une dernière chance aux dirigeants qui ne sont pas tous et loin s'en faut des capitalistes débridés, de redresser ou minimiser les effets de difficultés redoutables, c'est possible;
Au delà, c'est la pure démagogie politique qui passe, donne l'illusion, frustre ou révolte salariés et dirigeants de bien de petites ou moyennes entreprises.Que de raccourcis!
Par contre la Politique économique, et particulièrement européenne donnera des moyens et constituera un environnement propice et dynamisant pour les entreprises: baisse des coûts fiscaux par simplification et optimisation des services publiques, asouplissements des règlementations, aides aux investissements et à la formation continue, révision du droit de travail français figé et archaïque face aux enjeux qui sont devant nous, développement de la compétition saine et lisible....

Écrit par : frédéric | 30/05/2008

Je suis salarié chez GOODYEAR et je veux conserver mon emploi.
Je demande qu'on laisse s'exprimer les salariés par une consultation sous contrôle d'un huissier.
Hier la CGT m'a empêché de rentrer dans l'usine. Scandaleux!
Par ailleurs, je trouve irresponsable que la majorité DEMAILLY soutienne la CGT.
Si je perd mon emploi, je me rendrai a la mairie demander des comptes au maire!

Écrit par : SALARIE GOODYEAR | 31/05/2008

@sal Goody - je comprends votre point de vue, la liberté de grève est un droit fondamental, la liberté du travail aussi.
Le rôle du maire d'Amiens, ancien et actuel, est peu important voire insignifiant, par rapport à un grand groupe international, que pèse un maire d'une ville de 160.000 habitants - même le président de la république n'est pas pris en considération.
Bon courage à vous.

Écrit par : Blaise | 31/05/2008

Juste au passage une référence à un film qui me rappelle ce sujet : RESSOURCES HUMAINES de Laurent Cantet (notre palmé !)

Ou l'on y voit la complexité de la problématique comme le montre les posts précédents. Rien n'est simple dans notre bas monde...

Écrit par : gnaffron | 31/05/2008

@ SALARIE GOODYEAR
Le Courrier Picard fait état hier d'une absence de 166 salariés sur 240. La direction confirme aussi ce chiffre. Comment pouvez-vous affirmer de tel propos ? Que vous ayez peur de perdre votre emploi, c'est une chose, que vous déformiez la vérité en est une autre. Comment expliquer-vous que vous n'avez pas pu rentrer, alors que certains de vos collègues ont travaillé ? Gilles Demailly n'a jamais caché son attachement à la cause ouvrière. Sur le problème Goodyear, je vous ferai remarquer que ce n'est pas le maire qui licencie mais bel et bien la direction. Comme beaucoup j'ai entendu Serge Rais au dernier conseil municipal expliquer la dure réalité des conditions de travail dans cette entreprise. Je comprends mieux maintenant la révolte de ces salariés.

Écrit par : MAI07 | 01/06/2008

C'est completement stupide que de penser qu'un élu puisse résoudre les problèmes d'une entreprise .Les Comité d'agglomération ont des compétences limitéees dans le développement économique . je conseillerai vivement aux salariés menacés de faire un bilan de compétence pour pouvoir se situer professionnement , ils en ont la possibilité , qu'ils ne s'en privent pas

Écrit par : lamiral | 03/06/2008

Quel spectacle hier! c'était très beau Metalovoice + harmonie de St Pierre pour une cause si noble! on était saisi, bon courage à tous les salariés! J'ai déjà été licencié d'une entreprise Unither, dans des conditions vraiment déplorables; parceque je voulais juste faire mon travail honnêtement...

Écrit par : mimi | 22/06/2008

70% des salariés s'intéressent au =x BCA, DIf, cif , mais par contre 70 à 80 % n'utilisent pas ces dispositifs de formation .
Dans la vie , il faut s'élever par la formation, le surplace n'a jamais été la meilleure politique

Écrit par : jojo | 22/06/2008

les salariés ont participé à 54% à la consultation demandée par la CFTC et la CGC et ils ont dit OUI aux 4X8 à plus de 72%!
Ou se trouvaient vos 97% de grévistes opposés AUX 4X8????????
Une majorité de salariés a voté alors que la CGT, SUD et CFDT avaient lancé un appel au boycott!
Ce vote était démocratique avec un contrôle des HUISSIERS DE JUSTICE...
Le choix des salariés doit être respecté.
Je veux préservé mon emploi d'ouvrier car mon salaire est de 2 000 euros net, 13ème mois, prime de vacances...
Je suis de gauche et j'ai décidé de m'engager à la CFTC.

Écrit par : salarié GOODYEAR | 30/06/2008

Petit chanceux !
D'autres sont au chomage et ne percoivent pas d'Assedics et ils représentent plus de 50% et ils sont de gauches et syndiqués

Écrit par : jojo | 01/07/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu