Avertir le modérateur

31/12/2007

Arche de Zoé : justice française sous influence ?

4e0d91515384a340eca860a712c0ce6b.jpg

Les membres de l’Arche de Zoé, condamnés par la justice Tchadienne, sont de retour sur le sol de France et incarcérés.

Il semblerait que l’administration pénitentiaire, certainement sur instructions, ait donné quelques dérogations pour les droits de visite.

Le propos n’est pas d’exiger de cette administration une rigueur absolue dépourvue d’humanité – il faut reconnaître qu’elle a un rôle bien difficile : on lui confie avec ses biens modestes moyens, un nombre croissant de prisonniers et elle doit faire face SEULE à ces arrivées massives.

Par contre, il est un milieu où l’injustice est mal vécue, c’est la prison.

Les autres prisonniers, qui ont un « profil médiatique » moindre, risquent de très mal vivre ces dérogations.

Il est bon de rappeler que les membres de l’Arche de Zoé sont des condamnés définitifs et qu’à ce titre leur culpabilité est établie. Certes, on peut se poser la question de savoir s’ils ont bénéficié d’un procès équitable – pour un procès qui a eu lieu au Tchad, beaucoup de tchadiens aimeraient avoir la « même justice » !

Le Tribunal aura à adapter au droit français une peine inexécutable en France, à savoir, une peine de travaux forcés mais en l’état, rien d’autre.

Maître Gilbert Collard, avec sa fougue habituelle, promet devant le tribunal des demandes tendant à voir annuler ce procès ou je ne sais quel argutie juridique.

La justice française aura la sérénité d’appliquer la loi, toute la loi, rien que la loi – elle devra également répondre aux familles qui réclament justice pour ne pas avoir eu les adoptions promises.

Dans une salle d’un tribunal, il y a les juges, le magistrat du Parquet qui représente la société, les avocats de la défense et si besoin de la partie civile – les médias ne sont pas et ne doivent pas être « partie » au procès !

Alors la loi rien que la loi même pour l’Arche de Zoé.

Lafleur.

Commentaires

L'étrange mutisme de la fille à papa Stéphanie Dhainaut-Lefebvre…
SOURCE / hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p20071129/articles/a361338-.html
Détient-elle la clé de l'arche de zoé ?
L'ombre de la patronnesse
Numéro deux de l'ONG, Stéphanie Dhainaut-Lefebvre est une femme de réseaux. S'est-elle servie de ses relais politiques, scientifiques et humanitaires ? Enquête de Léna Mauger
Elle est introuvable. Sa ligne fixe est coupée. Son portable sur répondeur. Sa boîte mails aux abonnés absents. Depuis l'arrestation du commando humanitaire d'Eric Breteau, à l'aube du 25 octobre, à Abéché, Stéphanie Dhainaut-Lefebvre, la numéro deux de l'Arche de Zoé, est claquemurée dans son silence. Pourtant, ce personnage de l'ombre, cette bénévole discrète en sait beaucoup sur cette troublante affaire. Trop, peut-être. Salariée d'un institut biomédical, fille d'un grand médecin universitaire proche de l'UMP, elle possédait tout : les comptes de l'ONG, les papiers et, surtout, les contacts. La cheville ouvrière de l'Arche se situe à la croisée des pouvoirs politique, scientifique et humanitaire. S'en est-elle prévalue pour donner à l'Arche l'image d'une association sérieuse ? Les a-t-elle utilisés pour organiser «l'opération Darfour» ? Est-ce vers elle qu'il faut se tourner lorsque le pompier Breteau menace, du fond de sa prison tchadienne, de révéler ses «soutiens» ? Stéphanie la mutique serait-elle la clé de ce fiasco ?
Ses amis la décrivent comme une mère de famille pétillante, une quadra de caractère. Stéphanie rencontre Eric Breteau au début des années 1 990, via un ami commun, membre du club de 4x4 de Rueil-Malmaison Elle se reconnaît immédiatement dans l'enthousiasme du sapeur-pompier, dans son mélange d'idéalisme et de volontarisme. Lorsque celui-ci décide, après le tsunami, de créer une association humanitaire, elle le suit sans hésiter. Elle devient la trésorière de l'Arche de Zoé, une petite association humanitaire d'une dizaine de personnes. Avec Eric, ils forment un tandem parfait. Lui est l'homme de terrain, le rêveur fou. Elle, la gestionnaire, la femme de réseaux. Elle récolte par exemple 27 000 euros de dons auprès de la Fondation des Hôpitaux de Paris. Convaincue qu'une «petite ONG» a autant de légitimité à intervenir qu'une «grande», indignée par l'incapacité de la communauté internationale, elle approuve l'opération coup de poing au Darfour. Eric Breteau pilote la mission. Mais c'est Stéphanie le chef d'orchestre administratif. Elle centralise tous les documents. Elle tient le listing des familles d'accueil dans son ordinateur. Elle ouvre un compte bancaire de l'association au Crédit agricole de L'Haÿ-les-Roses, sa ville de résidence. Elle rencontre aussi les futurs parents d'«orphelins» pour leur expliquer les détails de l'opération.
Comme le charismatique pompier d'Argenteuil, Stéphanie inspire la confiance. C'est une «fille de». Son père est un sexagénaire brillant. Un homme puissant, proche des pontes de l'UMP II préside l'université René-Descartes-Paris- V. Il a dirigé le comité scientifique d'une convention sur la «société du savoir», organisée le 4 octobre 2006 par Valérie Pécresse, l'actuelle ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et Laurent Wauquiez, aujourd'hui porte-parole du gouvernement. Meux : le 1 1 juillet dernier, Nicolas Sarkozy l'a nommé président du conseil de l'Agence d'Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement supérieur. Un poste clé, dont l'objectif est de faire gagner des places à l'université française dans le fameux classement de Shanghai. M. Dhainaut fait-il bénéficier sa fille de ses relations ? Diplômée d'un DESS d'économie de la santé, Stéphanie occupe elle aussi un poste important. Elle est directrice adjointe de Paris Biotech, un prestigieux institut semi-public qui aide au lancement de start-up liées à la santé humaine, et dont les bureaux sont situés dans l'université de son père. Fait troublant : dans cette affaire à rallonge, les noms de Paris Biotech et de l'Arche de Zoé se croisent à plusieurs reprises.
Stéphanie Lefebvre mélange en effet ses différentes casquettes. Elle utilise son mail professionnel pour communiquer avec les membres de l'Arche. Elle domicilie le siège de l'ONG chez son père, dans le 14e arrondissement de Paris. Simple souci de commodité ? Habile stratagème pour gonfler l'importance de l'Arche ? Autre imbroglio : au coeur de l'été, le 17 juillet, Stéphanie organise une réunion d'information de l'ONG - plus de cent familles réunies autour de l'équipe humanitaire - dans un amphithéâtre de Cochin, où Paris Biotech dispose de bureaux. Une assemblée dont le secrétariat de l'hôpital dit n'avoir jamais été informé... Même réponse chez Paris Biotech. Contacté plusieurs fois par téléphone, son directeur, Olivier Amédée-Manesme, nie tout lien avec l'Arche de Zoé. Il rappelle qu'il préside un institut sérieux, composé de membres compétents. Parmi eux, des médecins tels que François Sarkozy, le frère du président, des chercheurs de l'Inserm, des professeurs de l'Essec ou encore de l'Ecole centrale. «Les activités de notre association sont uniquement tournées vers les entreprises du secteur de la santé humaine, précise-t-il. Stéphanie a fait une erreur en utilisant son mail professionnel. Mais elle n'est secrétaire générale de l'Arche qu'à titre purement personnel.» L'homme renvoie à la page d'accueil de son site internet, où a été mise en ligne une attestation de son expert-comptable. Celui-ci certifie que Paris Biotech «n'a effectué ni don ni prestation en faveur d'organisations humanitaires depuis sa création à ce jour». Qui croire ? Interrogé le 10 août par la brigade des mineurs, Eric Breteau avait déclaré aux policiers : les commissaires aux comptes de l'Arche «ont été choisis par Stéphanie, et je sais que ce sont les mêmes que pour Paris Biotech».
Certains documents obtenus par «le Nouvel Observateur» établissent clairement un lien entre les deux institutions. Il y a d'abord cette lettre, datée du 14 avril 2005, dans laquelle Olivier Amédée-Manesme exprime le soutien de Paris Biotech à Eric Breteau. «Satisfait de la collaboration entre notre association et votre équipe depuis le début de cette année et soutenant le programme envisagé par les bénévoles de l'Arche de Zoé, je tenais à vous confirmer notre souhait de poursuivre notre collaboration en termes de moyens logistiques et de mise à disposition de réseaux dont vous pourriez avoir besoin dans ce programme», écrit-il. Autre pièce révélatrice : le bilan 2005 de l'Arche de Zoé, où figure un don de 4 500 euros de Paris Biotech à l'ONG. Cette collaboration remonte à l'époque du tsunami. Pourquoi la dissimuler aujourd'hui ? De quels «réseaux» Olivier Amédée-Manesme parle-t-il ?
A toutes ces questions, l'institut ne fournit aucune réponse. L endroit est une forteresse. Une sorte de bunker silencieux, situé au bout d'un couloir de l'université René-Descartes. Concrètement, Paris Biotech, c'est une porte blindée bleue, avec quelques sonnettes, dont celle de Stéphanie Lefebvre. Dans l'embrasure, on aperçoit un long couloir, avec d'autres lourdes portes fermées. Impossible d'en voir davantage. Le directeur, Olivier Amédée-Manesme, a des yeux partout. Il surgit en trombe et met dehors les curieux entrés sans sonner. «Si vous voulez attendre Stéphanie, je vous apporte un café et une chaise devant h porte, dit-il, avec une cordialité forcée. Mais vous savez, il y a quatre sorties différentes... Vous risquez de vous ennuyer.»
Stéphanie reste plus fuyante qu'une ombre. Les juges d'instruction ont perquisitionné à son domicile de LHay-les-Roses et à celui de son père, siège de l'association. «Us ont tout mis par terre, raconte un proche. Stéphanie est bouleversée. Elle veut garder le silence. C'est son choix.» Et puis, soudain, le 19 novembre, nouvelle surprise : on aimerait quelques explications, des informations sur la vie, le parcours de la trésorière ? Céline Lorenzon, l'avocate de l'Arche, lui demande une nouvelle fois par téléphone si elle accepte de parler à une journaliste. «Elle m'a répondu que vous pouviez appeler l'attachée de presse de Paris Biotech, transmet l'avocate. C'est elle qui répondra à vos questions.» Son nom ? Mary Sills, une vétérante de l'humanitaire. Elle est l'ancienne attachée de presse de Bernard Kouchner. Elle l'a suivi partout pendant près de dix ans, au ministère de la Santé, à Ingérence Santé, son association. En fait, Mary Sills appartient au premier cercle du French doctor, à ce petit groupe de fidèles soudés et solidaires. On s'étonne. Quelques jours auparavant encore, la seule personne de Paris Biotech habilitée à répondre aux journalistes était son directeur. «Mary Sills est chez nous depuis la rentrée, assure Olivier Amédée-Manesme. Mais elle était en vacances pendant la crise. Je la connais à travers des relations...» Simple hasard ? Après tout, Mary Sills est une figure bien connue du milieu de la santé. Mais l'irruption d'une proche de Kouchner dans cet imbroglio risque de semer encore plus le trouble dans les esprits. Et si elle était intervenue, elle aussi, au profit de l'Arche ? «C'est une désagréable coïncidence. Car l'amalgame ne manquera pas d'être fait», reconnaît-on dans l'entourage du ministre. Mary Sills elle-même entretient la confusion. Assaillie de questions, elle annonce qu'une «conférence de presse de l'Arche de Zoé va être organisée», mais qu'il «faut attendre d'en savoir un peu plus sur le sort des ressortissants français». Paris Biotech, Stéphanie Lefebvre, l'Arche de Zoé... Une fois de plus, tout se mélange.
Le Nouvel Observateur

Écrit par : Dominique | 01/01/2008

Vous dites : « La justice française devra également répondre aux familles qui réclament justice pour ne pas avoir eu les adoptions promises » ! Ces familles (3 ou 4 sur 256 !) ont cru qu’elles pouvaient « se payer » un enfant, l’influence du supermarché sans doute. Ce sont elles qui sont dans l’illégalité, car l’adoption a ses lois justement. Et l’Arche de Zoé a toujours parlé d’un accueil. Une adoption éventuelle aurait dû en suivre les lois, et cela à condition que les enfants aient eu le droit d’asile, que l’un des parents ait été reconnu par le juge « administrateur ad hoc », que l’enfant ait été naturalisé français (5 ans) que ces parents aient eu l’agrément, que cet enfant-là leur ait été attribué… 8 ans de démarches (éventuelles). Car beaucoup de familles pensaient déjà, après l’accueil de l’enfant, à son retour dans son pays, une fois soigné, formé… L’adoption dans cette affaire est hors sujet.

Écrit par : gueron | 02/01/2008

Il ne serait donc possible de former ou soigner un enfant africain que loin de chez lui ? Il n'y a au Tchad aucune bourgeoisie aisée (professeurs, commerçants, chefs d'entreprise, ...) capable d'assurer la formation et les soin d'orphelins ?

Imaginons même que ces enfants aient vraiment été des orphelins, quelle a été la préparation psychologique qui leur a été prodiguée par les guignols de l'association ? On les met dans un avion et quelques heures après, ils se retrouvent dans un pays dont le climat est différent, dont la culture est différente, dont le mode de vie est différent. Bravo !

Écrit par : antonomase | 09/01/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu